Main Menu
Page Menu

Plus de mesures doivent être mises en œuvre pour réduire le coût de faire des affaires et améliorer la compétitivité des entreprises, affirme la Chambre de commerce du Canada.

« Alors que nous accueillons positivement les mesures contenues dans le budget sur le développement des compétences et l’innovation, il en demeure que nos compétiteurs internationaux sont en train de prendre les devants, », a affirmé l’honorable Perrin Beatty, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada. « Les élections aux États-Unis ont changé la donne, ce qui ne se reflète pas dans ce budget. Alors que notre partenaire commercial principal élimine les barrières réglementaires et coupe les taxes, les entreprises canadiennes doivent faire face à une augmentation des coûts provenant de tous les niveaux, d’augmentations de frais et de taxes jusqu’aux coûts d’électricité. »

Ce budget prévoit que l’économie du Canada demeurera pratiquement au point neutre encore jusqu’en 2021. M. Beatty a appelé le gouvernement fédéral à convenir d’une rencontre avec les provinces pour identifier les mesures spécifiques à mettre en place pour réduire les coûts aux entreprises. « L’économie canadienne dépend des échanges commerciaux. Or, la croissance des exportations s’est avérée presque nulle au cours des deux dernières années et l’investissement des entreprises a affiché un recul au cours des neuf derniers trimestres. Malgré cela, les gouvernements ne semblent pas reconnaitre qu’il y a là un problème, a affirmé Monsieur Beatty. Nous avons besoin d’une stratégie nationale, et elle devrait être annoncée dans la mise à jour économique de l’automne au plus tard. »

« Les investissements traversent les frontières comme la lumière traverse le verre. Si nous permettons au fossé de compétitivité de continuer à se creuser, les entreprises seront forcées de se relocalisées, » à-t-il continué.

L’engagement en matière de formation professionnelle est pour sa part le bienvenu. « Posséder des effectifs dotés des compétences nécessaires pour s’adapter à un environnement en constante évolution est essentiel pour le maintien du caractère concurrentiel des entreprises canadiennes au sein de l’économie mondiale », a affirmé M. Beatty. « Le manque de compétences est un frein majeur à la croissance et nous sommes heureux de constater que des mesures sont prises pour y remédier. Toutefois, il ne s’agit là que d’une des nombreuses facettes de notre problème de concurrence. »

« Nous sommes une nation innovante, mais nous accusons du retard dans la concrétisation de la recherche en produits », a affirmé M. Beatty. « Le support aux grappes innovantes et l’accroissement de l’accès au capital de croissance sont de bonnes mesures qui aideront les entreprises. Il faut que l’on supporte davantage la concrétisation d’idées en produits par les entreprises, une démarche qui appuierait la création de plus d’emplois en hautes technologies et encouragerait l’innovation. Le Canada devrait s’efforcer de devenir une superpuissance de l’innovation pour s’assurer que de nouvelles technologies et de nouveaux emplois voient le jour au pays, pas à Silicon Valley. »

« Les États-Unis intensifient leurs efforts pour attirer les investissements,» à ajouter M. Beatty, « À moins que tous les paliers de gouvernements ne travaillent ensemble pour assurer que le Canada soit un endroit où il souhaitable de faire des affaires, nous perdrons des entreprises. Ceci est plus qu’un enjeu fédéral, c’est une menace nationale. »

Lisez notre analyse du budget fédéral.

 

Post a comment