Main Menu
Page Menu

Le Réseau de résilience des entreprises canadiennes (RDRDEC) rassemble un vaste réseau de plus de 450 chambres de commerce et plus de 100 des principales associations sectorielles du Canada, provenant de toutes les régions et de tous les secteurs de l’économie. Ce réseau représente divers points de vue et le blog RDRDEC offre une plateforme permettant de partager des idées avec d'autres membres du milieu des affaires ainsi que le gouvernement fédéral. Les opinions exprimées dans ce blog ne reflètent pas nécessairement les points de vue ou les positions du RDRDEC ou de la Chambre de commerce du Canada. 

Cette réflexion de leadership d’opinion de Jennifer Cooke, responsable de la stratégie pour les femmes dans le domaine du commerce à Exportation et développement Canada donne un aperçu de la façon dont les entreprises peuvent gérer les coûts et les revenus pour maintenir les flux de trésorerie et trouver des opportunités de marché actuelles et futures dans un post-COVID-19 environnement.


L’éclosion de COVID-19 au début de 2020 a porté le coup le plus dur de l’histoire récente à l’entrepreneuriat canadien. Pour toutes les entreprises, exportatrices ou non, la pandémie a complètement chamboulé les prévisions de revenus, anéanti les projections de croissance et enlisé les flux de trésorerie. La réponse à cette situation extraordinaire et évolutive aura des répercussions dont le Canada et les entreprises du pays se ressentiront pendant des années.

Flux de trésorerie : là où ça coince

  1. Le pire est la chute brutale et inattendue des revenus des entreprises, conséquence notamment de la fermeture des frontières, du confinement imposé par les pouvoirs publics et du recul de la demande de biens et de services. Dans certains cas, il n’a pas fallu plus d’une semaine; dans d’autres, la plongée a été plus longue, mais tout aussi dommageable.
  2. L’essor qu’a donné la COVID-19 aux achats en ligne a contribué à la prospérité de certaines entreprises de commerce électronique. Par contre, pour les entreprises qui n’ont pas investi dans le commerce en ligne, combler le manque à gagner en tentant de se rattraper est une tâche titanesque, d’autant plus s’il faut y arriver presque du jour au lendemain.
  3. La disparition de maillons de la chaîne d’approvisionnement est un autre problème, même quand le carnet de commande tient bon. En effet, si la chaîne d’approvisionnement est disloquée, l’entreprise peut être incapable de répondre à la demande, ce qui pèse également sur les flux de trésorerie.
  4. Pour les entreprises de services, les difficultés peuvent être particulièrement graves. Comme le contact direct est presque inhérent à ce secteur, maintenir l’éloignement physique relève parfois de l’impossible, ce qui fait fondre la demande – et les revenus – comme neige au soleil.
  5. Bien qu’elle n’ait épargné aucune entreprise, la pandémie a frappé très durement celle qui sont détenues par des femmes. En effet, les entrepreneures œuvrent surtout dans le secteur des services – formation, services professionnels, commerce de détail, services alimentaires, soins de santé –, qui, rappelons-le, est particulièrement vulnérable. De plus, beaucoup de femmes se chargent de l’essentiel des obligations parentales. Nul besoin de rappeler que prendre soin des enfants à la maison tout en gérant une entreprise présente d’énormes difficultés.


Maintenir ses flux de trésorerie

Dans l’immédiat, il faut gérer les coûts et les revenus pour pouvoir maintenir ses flux de trésorerie jusqu’à ce que la situation s’améliore. Voici quelques clés pour une stratégie efficace :

Faire l’état de votre situation

Examinez minutieusement et objectivement votre situation :

  • Faites un bilan honnête de vos flux de trésorerie et voyez pendant combien de temps vous pouvez tenir.
  • Déterminez les mesures à prendre si la situation empire (ex. : les ventes continuent de baisser, un fournisseur ferme ses portes).

Conserver et stabiliser la trésorerie

Trouvez des moyens de gérer judicieusement les fonds que vous avez et ceux que vous attendez :

  • Analysez vos structures de coûts : quelles activités et ressources vous sont absolument essentielles, et quelles sont celles dont vous devriez vous passer? Par exemple, si des produits ne rapportent pas plus que ce qu’ils coûtent, ne les offrez plus.
  • Examinez vos comptes clients et tentez de percevoir les avances, ou tentez au moins d’obtenir du client qu’il s’engage à vous vous payer à une date précise.
  • Voyez si vos fournisseurs peuvent reporter les paiements exigibles pour les biens que vous avez déjà commandés ou reçus. Demandez une prolongation des délais de paiement pour les nouveaux achats (ex. : 90 jours au lieu de 30).

Trouver d’autres revenus

Voici des options à considérer :

  • Si vous avez des biens dont vous ne vous servez plus, vendez-les.
  • Voyez s’il est possible de former des alliances stratégiques avec d’autres entreprises pour offrir plus de valeur aux clients afin d’accroître les ventes des deux entreprises.
  • Demandez à vos clients actuels de faire valoir votre entreprise à des acheteurs potentiels.
  • Offrez vos produits ou services à des acheteurs publics.
  • Utilisez les ressources mises à votre disposition – Programme de crédit aux entreprises (PCE) du gouvernement fédéral et la Garantie – Programme de crédit aux entreprises (PCE) d’EDC pour obtenir le fonds de roulement additionnel qu’il vous faut.

Garder le contact

Il est crucial de rester en communication :

  • Maintenez une relation étroite avec votre conseiller financier, votre institution financière et votre comptable.
  • Le réseautage est vital pour survivre à la crise. Ne négligez pas vos réseaux d’affaires et de clients. C’est dans de telles turbulences qu’on renforce ces relations; ce n’est vraiment pas le temps de les ignorer.

Trouver des débouchés actuels et futurs

Faire preuve de souplesse et de créativité peut ouvrir des possibilités qui seraient passées inaperçues avant la COVID-19. Ça peut aussi vous aider pour l’après-COVID-19.


Modifier ses produits ou services

Un petit réalignement peut vous remettre sur la bonne voie et maintenir votre pertinence pour vos clients :

  • Utilisez votre équipement pour répondre aux besoins actuels. Exemple : un service de blanchisserie pour hôtels et restaurants a perdu tous ses clients, mais a transformé sa flotte de camions en service de livraison d’aliments.
  • Adaptez vos produits au nouveau contexte commercial. Exemple : une entreprise spécialisée dans la technologie a modifié son application de communication pour aider un grand détaillant à garder le contact avec ses employés mis à pied.
  • Utilisez la technologie pour vous maintenir à flot : créer une plateforme de commerce en ligne, offrir des ressources d’apprentissage en ligne aux clients, etc.

Regardez vers l’avenir

La pandémie se résorbera lentement durant les mois à venir, mais c’est aujourd’hui qu’il faut penser à l’après-COVID-19.

  • Dans ce contexte, le commerce pourrait changer radicalement de direction et s’appuyer résolument sur une forte présence en ligne.
  • Votre clientèle pourrait avoir un tout autre visage. Tentez d’en brosser le portrait dans la planification de vos activités.
  • Vos clients potentiels et actuels peuvent avoir de nouveaux besoins qui vous ouvrent de nouveaux débouchés. Si vous pouvez les anticiper, vous pourrez croître.
  • La diversification sera la clé. Pour la production, approvisionnez-vous auprès de plusieurs fournisseurs, tandis que du côté des ventes, élargissez votre clientèle autant que possible.
  • La gestion des risques et le financement deviendront encore plus importants qu’auparavant. En effet, des instruments dont vous n’aviez pas besoin (Assurance crédit et Solutions de fonds de roulement d’EDC) pourraient désormais s’imposer.

Quoi qu’il arrive, une chose est sûre : l’environnement économique et commercial ne sera plus jamais le même. Il est difficile d’imaginer exactement ce que nous réserve l’avenir, mais il est certain que de nouvelles possibilités s’ouvriront pour les entreprises qui font preuve de souplesse et de créativité.