Main Menu
Page Menu

La Chambre de commerce du Canada applaudit chaudement l’annonce d’un nouvel accord entre les provinces, les territoires et le gouvernement fédéral sur le commerce interprovincial qui, une fois implanté, permettra une plus grande mobilité des biens et des services et contribuera à éliminer des barrières réglementaires. Ceci est une demande de longue date de la Chambre de commerce du Canada, dont la plus récente version est dans notre liste des 10 principaux obstacles à la compétitivité.

« Ce nouvel accord est une très bonne nouvelle pour le secteur des affaires, et il a le potentiel d’augmenter la compétitivité commercial du Canada de façon marquée, selon les mesures exactes qu’il contient. Le Canada doit déjà rivaliser avec d’autres marchés sur la scène internationale, nous n’avons pas besoin de nous faire compétition nous-mêmes en plus, » explique l’hon. Perrin Beatty, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada. « Nous sommes très heureux que les provinces aient adopté nos recommandations sur la réduction de barrières commerciales, mais ceci ne demeure qu’un premier pas dans la bonne direction. Il reste du chemin à faire, » à-t-il poursuivi.

Ce nouvel accord présente d’importants changements pour s’assurer que la population et les entreprises du Canada bénéficieront d’un accès à un marché unifié plus important, à des prix compétitifs et à des conditions équitables partout au pays.

« Nous sommes particulièrement heureux de voir les provinces passer d’une liste des biens et services inclus pour libre-échange à une liste des biens et services exclus – ce qui veut dire que tous les autres biens et services sont désormais automatiquement inclus. Cette approche de “liste négative” est un changement important, pas seulement dans la façon dont nous gérons le commerce interprovincial, mais aussi dans la façon dont nous pensons au commerce dans notre pays. Une liste négative entrainera toutes les provinces et les territoires à être plus transparents et à devoir justifier leurs choix protectionnistes. Les gouvernements provinciaux et territoriaux devaient nous en mettre plein la vue avec cette entente, et ils ont réussi, » a dit M. Beatty.

Un récent rapport du comité sénatorial permanent des banques et du commerce estime que les barrières au commerce interprovincial privent l’économie canadienne d’entre 50 milliards $ et 130 milliards $ annuellement. Alors que nous attendons toujours les détails de l’accord, nous savons déjà qu’il reste beaucoup de travail à faire afin d’harmoniser les réglementations et de mettre en place les prochaines étapes de collaboration pas encore couverte par l’accord d’aujourd’hui, tel que l’alcool.

« Alors que nous préparons les célébrations du 150e anniversaire du Canada l’an prochain, les premiers ministres s’apprêtent à nous faire un beau cadeau lors de leur rencontre pour ratifier l’entente : celui de la prospérité, en éliminant ces barrières et en ouvrant nos marchés partout au pays. Je tiens à féliciter les ministres d’avoir démontré tant de leadership, les remercier de nous avoir écoutés et leur dire que la Chambre de commerce du Canada est prête à participer à l’implantation de cette entente dès que possible, » a dit M. Beatty.