Main Menu
Page Menu

Ottawa, 8 juillet 2019 — La Chambre de commerce du Canada a terminé son travail de représentante officielle du Canada au Sommet du B7 de cette année. Ses conseils seront présentés aux dirigeants du G7 avant leur réunion en France le mois prochain.

« Le G7 joue un rôle clé dans l’établissement du programme économique international qui influe sur les activités quotidiennes des entreprises canadiennes. Il est vital que le milieu canadien des affaires participe dès le début à ces échanges pour faire valoir les intérêts de notre pays », a déclaré Mark Agnew, directeur principal, Politiques internationales de la Chambre de commerce du Canada.

Le Sommet du B7 de cette année était essentiellement axé sur le thème de la croissance économique inclusive et durable. La Chambre de commerce y a défendu les intérêts des entreprises canadiennes, en se concentrant sur les dossiers majeurs du commerce international. On y a parlé de la viabilité de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en tant qu’organisme d’application des règles qui favorisent l’accès des entreprises canadiennes aux marchés d’exportation. L’économie numérique, à laquelle se sont ajoutés le soutien aux négociations de l’OMC sur le commerce électronique, la cybersécurité et les flux de données transfrontaliers, a également fait partie des priorités du Sommet de cette année.

La délégation canadienne a rencontré Emmanuel Macron, président de la France, pour discuter du processus de ratification de l’Accord économique et commercial global (AECG), qui suit son cours, ainsi que des priorités de son gouvernement au G7 en matière d’inégalités. La délégation a également rencontré Bruno Le Maire, ministre français des Finances, des hauts fonctionnaires de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), ainsi que des représentants du gouvernement canadien et d’un certain nombre d’associations internationales de chefs d’entreprise.

« Dans la situation actuelle du commerce mondial, les intérêts commerciaux du Canada sont soumis à des pressions sans précédent. Nous devons nous servir de tribunes comme le G7 et l’OCDE pour préconiser des mesures concrètes qui permettront de s’attaquer aux subventions industrielles perturbatrices, ainsi que d’assurer l’ouverture au commerce numérique et l’application des règles commerciales. Les délégations comme celle-ci donnent aux membres de la Chambre de commerce l’occasion d’écouter de vive voix les principaux décideurs et de faire progresser les dossiers prioritaires », a poursuivi M. Agnew.

Des cadres supérieurs du secteur des services financiers et de l’industrie agroalimentaire faisaient partie de la délégation du Canada.

« Pour Agropur, c’était une première occasion de contribuer aux débats du Sommet. Nous sommes fiers d’avoir fait valoir le modèle d’affaires unique de la coopérative, lequel peut contribuer de façon significative à réduire les inégalités », a signalé Robert Coallier, chef de la direction de la coopérative laitière Agropur.

Le porte-parole des entreprises canadiennes

La Chambre de commerce du Canada est l’association professionnelle la plus importante et la plus représentative du Canada. Elle parle d’une seule voix pour le compte de près de un quart de million d’entreprises. Le rôle de la Chambre de commerce est d’aider les entreprises canadiennes de toutes les tailles, de tous les secteurs et de toutes les régions à faire croître leurs affaires. Nous y parvenons en les aidant à tisser des liens entre elles, à créer de nouvelles possibilités et à fournir des services commerciaux essentiels, ainsi qu’en influant sur les politiques gouvernementales en leur nom. Suivez-nous à @CdnChamberofCom.

-30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Philippe Taylor
Directeur principal, Communications stratégiques et Affaires publiques
ptaylor@chamber.ca (méthode préférée et la plus rapide pour obtenir une réponse)
613.238.4000, poste 2231