Main Menu
Page Menu

Ottawa, le 15 août 2019 — La signification de la réconciliation est propre à chacun, mais un nouveau rapport indique que sa concrétisation dépend de petites mesures ciblées prises au jour le jour.

Le 19 juin 2019, la Chambre de commerce du Canada s’est rendue à Thunder Bay pour rencontrer des dirigeants d’entreprises et d’établissements d’enseignement postsecondaire, des leaders du développement économique communautaire ainsi que des chefs autochtones et pour entendre ce qu’ils avaient à dire sur la réconciliation et sur ce qu’elle signifiait pour eux, leurs collectivités et leurs entreprises.

Dans son rapport Leçons de réconciliation; Ce que nous avons appris à Thunder Bay,la Chambre présente le point de vue de tous les chefs de file autochtones et non autochtones qui ont pris part à la deuxième des trois tables rondes tenues dans l’ouest, le centre et la région atlantique du Canada.

« Les participants à la table ronde de Thunder Bay nous ont confié que, pour être fécondes, les initiatives de réconciliation devaient être un exercice multidirectionnel dans le cadre duquel tous ont la responsabilité de faire avancer les choses, a déclaré Susanna Cluff-Clyburne, directrice principale et responsable de la politique autochtone. Nous avons également entendu que les compétences en développement économique des peuples autochtones n’étaient généralement pas reconnues à leur juste valeur.L’acceptation de ce fait est la clé vers la réconciliation. »
 
Et de conclure : « Pour y parvenir, la réconciliation doit être considérée pour ce qu’elle est : une occasion, et non une obligation.De nombreuses entreprises et des peuples autochtones ont fondé leurs relations fructueuses sur cette conviction.Nous aimerions que le gouvernement suive leur exemple. »

Parmi les leçons que le gouvernement peut tirer du rapport, mentionnons :

·        Explorer le potentiel social et économique des peuples, des communautés et des partenaires autochtones.

·        Reconnaître qu’il faut chercher du soutien à l’extérieur du milieu des affaires et des communautés autochtones pour parvenir à ses fins.

·        Étudier et documenter les capacités des communautés autochtones en matière de planification de projets, la préparation d’appel d’offres et la détermination de marchés réservés aux autochtones.

·        Reconnaître la présence de racisme institutionnalisé en milieu de travail, résultat de politiques et de pratiques de longue date.Examiner les milieux de travail pour détecter la présence de racisme institutionnalisé et prendre des mesures afin que ces milieux soient le plus accueillants possible pour les Autochtones et les membres d’autres groupes sous-représentés, notamment la prestation d’une formation obligatoire sur l’histoire des peuples autochtones au personnel qui travaille avec ces communautés ou à des enjeux qui les touchent.

·        « Choisir quelques priorités, établir des paramètres de mesure du succès, se retrousser les manches et travailler à atteindre ces objectifs. »

Téléchargez le rapport complet ici. Le rapport Leçons de réconciliation sur les discussions menées avec des dirigeants d’entreprises et des leaders communautaires autochtones et non autochtones à Saskatoon a été publié en juin. Le rapport sur la table ronde qui aura lieu à Fredericton sera lancé à l’automne.

Le porte-parole des entreprises canadiennes

La Chambre de commerce du Canada est l’association professionnelle la plus importante et la plus représentative du pays. Elle parle d’une seule voix pour le compte de près d’un quart de million d’entreprises. Le rôle de la Chambre de commerce est de soutenir les entreprises canadiennes de toutes les tailles, de tous les secteurs et de toutes les régions pour faire croître leurs activités. Nous y parvenons en les aidant à tisser des liens entre elles, à créer de nouvelles possibilités et à fournir des services commerciaux essentiels, ainsi qu’en influant sur les politiques gouvernementales en leur nom. Pour en savoir plus, retrouvez-nous à Chamber.ca ou suivez-nous à @CdnChamberofCom.

-30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Philippe Taylor
Directeur principal, Communications stratégiques et affaires publiques
ptaylor@chamber.ca (mode de communication à privilégier pour un délai de réponse rapide)
613 238-4000, poste 2231