Main Menu
Page Menu

9 juillet 2019

 

L’honorable Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, MAL

L’honorable Doug Ford, premier ministre de l’Ontario, député

Monsieur François Legault, premier ministre du Québec, MAN

L’honorable Stephen McNeil, MAL

L’honorable Brian Pallister, premier ministre du Manitoba, MAL

L’honorable John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique, MAL

L’honorable Dennis King, premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, MAL

L’honorable Scott Moe, premier ministre de la Saskatchewan, MAL

L’honorable Jason Kenney, premier ministre de l’Alberta, MAL

L’honorable Dwight Ball, premier ministre de Terre-Neuve–et–Labrador, député

L’honorable Bob McLeod, premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, MAL

L’honorable Sandy Silver, premier ministre du Yukon, MAL

L’honorable Joe Svikataaq, premier ministre du Nunavut, MAL

 

Messieurs les premiers ministres,

Au nom des 200 000 entreprises que représente le réseau de la Chambre de commerce du Canada, je vous incite à prendre des mesures concrètes d’une grande portée pour faire progresser l’application de l’Accord de libre-échange canadien (ALEC).

Comme vous le savez sans doute, le Conseil de la fédération a été fondé en 2003 pour permettre aux premiers ministres de « travailler ensemble en vue de renforcer la fédération canadienne, en favorisant une relation constructive entre les provinces et les territoires et avec le gouvernement fédéral ».

Les réunions du Conseil de cette semaine à Saskatoon offrent une excellente occasion de démanteler certains des obstacles qui minent la compétitivité des entreprises canadiennes, limitent le choix des consommateurs et font monter les prix.

Pour nos entreprises, la façon la plus directe de renforcer notre fédération est d’éliminer les obstacles intérieurs aux échanges et à la mobilité afin que les Canadiens et les Canadiennes puissent travailler et faire des affaires dans un pays uni.

Les pertes économiques de l’absence de libre-échange interprovincial s’élèvent à 130 milliards de dollars par année, selon le récent rapport d’un comité sénatorial. La Chambre de commerce est persuadée que cet enjeu est l’exemple le plus flagrant du type de problème que le Conseil devrait régler en priorité.

Il y a seulement deux ans, les premiers ministres célébraient la concrétisation du libre-échange intracanadien promis. L’ALEC venait d’être passé après deux années de négociations fédérales-provinciales-territoriales.

Ces négociations ont donné lieu à un accord qui consiste, comme l’ont dit les participants, en « un éventail de règles qui favoriseront une union économique moderne et concurrentielle au bénéfice de tous les Canadiens ». Le milieu des affaires s’est senti encouragé, et les chambres de commerce d’un bout à l’autre du pays ont bien accueilli la nouvelle.

Deux ans plus tard, nous ne sommes pas plus près de rectifier le fait, problématique et embarrassant, que nos échanges sont souvent plus efficaces avec d’autres pays que dans les limites du Canada. Le milieu des affaires demeure extrêmement préoccupé par le caractère improbable d’un engagement sérieux à l’égard de mesures visant ces obstacles qui « renforceront le Canada », un autre objectif fixé par le Conseil.

Alors que vous cherchez des moyens de concrétiser les espoirs soulevés par l’ALEC, nous proposons six mesures concrètes que vous pouvez prendre tout de suite pour favoriser la croissance de l’économie de notre pays. Ces mesures peuvent également contribuer à rendre les règles équitables pour les entreprises canadiennes en présence de concurrence étrangère. Les voici :

·       Premièrement, s’engager clairement dans tous les secteurs à reconnaître mutuellement les qualifications professionnelles d’une province et d’un territoire à un autre.

·       Deuxièmement, s’engager à reconnaître mutuellement et de manière générale les règlements, règles et politiques applicables afin de permettre la libre circulation de la main-d’œuvre, des biens et des services d’un bout à l’autre du Canada.

·       Troisièmement, s’engager à mettre en œuvre une règle du 2 pour 1, imposant le retrait de deux règlements pour chaque règlement adopté.

·       Quatrièmement, s’engager à mettre sur pied un plan concret, assorti d’échéanciers, visant à rétablir l’équilibre budgétaire d’ici 2025.

·       Cinquièmement, mettre sur pied des programmes qui améliorent l’accès aux réseaux Internet à haute vitesse dans les collectivités mal desservies d’un bout à l’autre du Canada.

·       Sixièmement, collaborer avec les entreprises pour s’assurer que les programmes de recyclage du gouvernement répondent à la demande des compétences requises par les économies d’aujourd’hui et de demain, notamment :

o   s’assurer que les programmes d’études primaires et secondaires comprennent les compétences dont notre économie en évolution a besoin, y compris les compétences générales et spécialisées requises pour réussir dans une société d’automatisation et de mondialisation accrues ;

o   appuyer les initiatives du secteur privé en matière de relèvement des compétences et de recyclage ;

o   appuyer l’élargissement des possibilités d’apprentissage intégré au travail de tous les participants éventuels, dans tous les domaines et dans toutes les régions.

Vous avez le pouvoir, individuellement et collectivement, de mettre en œuvre chacune de ces initiatives. Surtout, elles n’alourdiront pas le fardeau financier des provinces et des territoires. En effet, en stimulant l’investissement et la croissance dans le secteur privé, elles renforceront les finances de vos gouvernements.

Messieurs les premiers ministres, les défis auxquels les Canadiens et les Canadiennes sont confrontés exigent un leadership audacieux et visionnaire de la part du secteur privé et des gouvernements à tous les échelons. Les promesses de démantèlement des barrières au sein de notre pays n’étant toujours pas respectées depuis des années, nous vous demandons d’agir maintenant.

Veuillez agréer, messieurs les premiers ministres, l’assurance de ma considération distinguée.

 

Perrin Beatty, P.C., O.C.

Président et chef de la direction

Chambre de commerce du Canada